Maaaartin Duclos

21 février 2019

Parfum: le faire soi même

Il y a quelques jours, j'ai fait une expérience plutôt inhabituelle : j'ai élaboré mon propre parfum dans le cadre d'un atelier de parfum . Cetteactivité et je n'en voyais pas vraiment l'intérêt : il a fallu me forcer la main pour que j'y aille. Mais en fin de compte, ç'eût été dommage de rater ça. Parce qu'une fois lancé, on se prend pour un savant fou et on prend beaucoup de plaisir à élaborer le parfum ultime. On en vient même à regarde même à l'idée de ne pas obtenir le bon résultat ! En ce qui concerne le cadre, on a plutôt le sentiment d'être dans un petit laboratoire scientifique, mais avec une note d'élégance en sus. Chaque participant est placée à un meuble à trois niveaux doté de 127 flacons d'essences de toutes sortes Concrètement, on concocte le parfum en se basant sur le principe de la pyramide olfactive. D’abord la note de fond, la plus puissante, et qui est la base du parfum : elle est conçue avec des essences tenaces et elle peut rester jusqu'à plusieurs jours après vaporisation. On continue avec la note de cœur, qui inspire le thème de la fragrance : elle dure entre 2 à 10 h. Et on finit par la note de tête, celle que l’on sent en premier dans le parfum, et qui définit sa fraîcheur. On choisit la direction qu'on souhaite donner à son oeuvre, on est orienté tout au long de l'atelier par un maître-parfumeur, qui nous indique si les essences que l’on sélectionne conduiront bien au but recherché. Le plus compliqué, finalement, c'est de ne pas être trop dans la réflexion, de se fier à son instinct, en ses sens. Il faut apprendre à mettre son intellect en mode veille, sous peine de vite est rapidement largué dans ce dédale de senteurs. En sortant de cet atelier de parfum, on retourne chez soi avec son parfum unique, une fragrance qui ne correspond qu'à soi. Et ça, c'est assez agréable.Pour plus d'informations, allez sur le site de cette session pour créer son parfum à Lyon.

Posté par martinduclos à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 février 2019

Ils voudraient le Frexit

L’Union populaire républicaine (UPR) a organisé, samedi 27 et dimanche 28 octobre 2018, son université d’automne en Indre-et-Loire. L’occasion pour son président, François Asselineau, de lancer sa campagne pour les élections européennes de 2019 autour d’un seul mot d’ordre : le Frexit, c’est-à-dire une sortie de l’Union européenne sur le modèle du Brexit. Stand de la boutique UPR#UniversitéUPR #UniversitéUPR2018 pic.twitter.com/ks8S1PeYNu Du Brexit au Frexit La bannière du site Internet de l’UPR égrène fièrement le compte à rebours du Brexit en jours, heures, minutes et secondes. De fait, ce processus est capital pour les promoteurs d’un Frexit, puisqu’il prouve concrètement qu’il est possible de quitter cette organisation supranationale. « Le 29 mars 2019 je serai à Londres avec les adhérents de l’UPR pour célébrer le Brexit ! », a en outre promis François Asselineau aux militants. Affiche de l’UPR. Son programme se résume d’ailleurs dans un slogan simple et intelligible : « Sortir de l’UE, de l’euro et de l’Otan. » L’idée d’une sortie immédiate démarque l’UPR de ceux qui proposent d’abord de tenter une renégociation des traités européens (plan A), n’envisageant ensuite que par défaut d’y désobéir unilatéralement ou de se retirer de l’UE (plan B). Cette stratégie en deux temps est commune au Rassemblement national (Marine Le Pen), à Debout la France (Nicolas Dupont-Aignan) et à La France insoumise (Jean-Luc Mélenchon). L’UPR n’est toutefois pas la seule formation à assumer ouvertement la perspective d’un Frexit direct. C’est désormais également le cas du parti Les Patriotes de l’ancien FN Florian Philippot, auteur justement d’un récent livre intitulé Frexit. UE : en sortir pour s’en sortir (L’Artilleur). Dédicaces en cours à Forbach de mon livre « Frexit » !https://t.co/qJ53B8SarB pic.twitter.com/AqqfOOmfo8 L’UPR et Les Patriotes Séparés, les pro-Frexit voient sans doute s’éloigner leurs capacités à atteindre le seuil pour obtenir des élus (5 % des suffrages exprimés), voire pour être simplement remboursés de leurs dépenses de campagne (3 %). Florian Philippot a d’ailleurs proposé à François Asselineau qu’ils se rencontrent. En vain. D’une part, il ne peut y avoir qu’une seule tête de liste, la parité plaçant forcément l’un des deux protagonistes en troisième position seulement, ce qui ne facilite pas un rapprochement. D’autre part, François Asselineau semble craindre qu’une alliance avec celui qui était jusqu’en septembre 2017 conseiller de Marine Le Pen le marque trop à droite, voire à l’extrême droite. À la recherche de visibilité, le fondateur de l’UPR accepte néanmoins toutes les invitations, de la web-télé « Le Média », proche de La France insoumise, à « TV Libertés », liée à l’extrême droite identitaire. Les deux hommes sont pourtant issus de la même droite souverainiste d’inspiration gaulliste : François Asselineau (né en septembre 1957) fut le directeur de publication de La Lettre de Charles Pasqua et élu en 2001 au Conseil de Paris sous l’étiquette du Rassemblement pour la France (RPF) pasquaïen ; Florian Philippot (né en octobre 1981) plaça aussi ses premiers espoirs politiques dans le RPF, avant de contribuer en 2002 à la campagne présidentielle de Jean-Pierre Chevènement. Si le parti Les Patriotes est de création récente, l’UPR est plus ancien : il a été symboliquement fondé le 25 mars 2007, jour du cinquantième anniversaire de la signature du traité européen de Rome. Sa place au sein de l’offre électorale est singulière. D’un côté, il appartient à la douzaine de forces politiques qui concourent systématiquement aux élections, autrement dit ayant une existence réelle et continue. D’un autre côté, il obtient des scores marginaux : 0,41 % des exprimés aux européennes de 2014, 0,87 % aux régionales de 2015, 0,92 % pour François Asselineau à la présidentielle de 2017.

Posté par martinduclos à 09:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2018

Des exportations d'armes

Wenxia Man, alias Wency Man, 45 ans, de San Diego, a été condamné aujourd'hui par un jury fédéral du district sud de la Floride pour avoir conspiré en vue d'exporter des moteurs d'avion de combat, un véhicule aérien sans pilote et données techniques connexes à la République populaire de Chine, en violation de la loi sur le contrôle des exportations d'armes. Le procureur général adjoint à la sécurité nationale, John P. Carlin, le procureur américain Wifredo A. Ferrer du district sud de Floride, l'agent spécial par intérim, Robert C. Hutchinson, des enquêtes sur la sécurité intérieure de l'Immigration and Customs Enforcement -HSI) à Miami et agent spécial en charge John F. Khin du Service des enquêtes criminelles de la Défense du Département de la défense. "L'homme a été reconnu coupable d'avoir conspiré pour échapper aux lois américaines sur les exportations en acceptant d'acquérir et d'envoyer illégalement en Chine des moteurs d'avion de combat, un drone militaire hautement sophistiqué et des données techniques connexes", a déclaré le procureur général adjoint Carlin. «Le contournement des lois américaines visant à protéger nos matériels les plus sensibles sert à saper nos intérêts en matière de sécurité nationale et nous allons poursuivre énergiquement ceux qui tentent de le faire. Je voudrais remercier les nombreux membres des forces de l'ordre dont les efforts inlassables ont abouti à ce verdict. "Protéger notre nation du mouvement illégal de la technologie et des articles de défense est une préoccupation majeure en matière de sécurité nationale", a déclaré l'avocat américain Ferrer. «Dans l'intérêt de notre défense nationale, le Bureau du Procureur des États-Unis et nos partenaires chargés de l'application des lois continueront à poursuivre en justice les personnes qui tentent d'acheter illégalement du matériel militaire, des munitions, des outils et du matériel». «L'ICE-HSI travaille en étroite collaboration avec de nombreux partenaires nationaux et internationaux pour empêcher les destinataires interdits d'accéder à des armes, des munitions, des armes et des technologies contrôlées», a déclaré l'agent spécial par intérim, Hutchinson. «La condamnation de Wenxia Man aujourd'hui témoigne de l'engagement du Service d'enquête criminelle de la Défense (DCIS) et de nos agences partenaires à veiller à ce que les responsables de la sécurité nationale soient traduits en justice», a déclaré l'agent spécial Khin. «La sécurité de la nation repose sur la possession par nos forces armées des technologies et des systèmes d'armes les plus sophistiqués au monde, tout en empêchant que ces objets ne se retrouvent entre les mains de nos adversaires.» L'homme a été reconnu coupable de complot en vue d'exporter et d'exporter des articles de défense sans la licence requise. Selon des éléments de preuve présentés au procès, entre mars 2011 et juin 2013 environ, Man a conspiré avec Xinsheng Zhang, située en Chine, pour acquérir et exporter illégalement vers la Chine des articles de défense comprenant: des moteurs Pratt Pratt General Electric F110-GE-132 le chasseur F-16; le véhicule aérien sans pilote General Atomics MQ-9 Reaper / Predator B, capable de tirer des missiles Hellfire; et des données techniques pour chacun de ces articles de défense. Au cours de l'enquête, lorsqu'il s'est entretenu avec un agent infiltré de HSI, Man a fait référence à Zhang, un «espion technologique» qui travaillait pour le compte de l'armée chinoise pour copier des articles obtenus d'autres pays. La technologie. L'homme est passible d'une peine maximale légale de 20 ans de prison. La sentence est prévue pour le 19 août 2016 à 14h00. devant le juge de district américain Beth Bloom du district sud de la Floride. Le procureur général adjoint Carlin s'est joint à l'avocat américain Ferrer pour féliciter les efforts d'investigation de l'unité de lutte contre la prolifération de l'ICE-HSI et des bureaux de DCIS à Fort Lauderdale, en Floride. L'affaire est poursuivie par l'avocat adjoint des États-Unis, Michael Walleisa, du district sud de Floride, et Thea D. R. Kendler, de la Section de contre-espionnage et de contrôle des exportations de la Division de la sécurité nationale. En savoir plus en suivant le lien sur le site de l'organisateur de ce baptême en Fouga Magister.

Posté par martinduclos à 13:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2018

Un angle de politique

Gingrich a lancé une campagne de diffamation visant à éliminer Wright. Il aurait fait circuler des rumeurs non corroborées sur un scandale impliquant une page d'adolescent du Congrès, et aurait tenté de lier Wright à des pratiques louches de lobbying à l'étranger. Enfin, une allégation a gagné du terrain: Wright avait utilisé des redevances de livres de 60 000 $ pour contourner le revenu extérieur. Watergate, ce n'était pas. Mais c’était suffisant pour forcer la démission de Wright et remettre à Gingrich le cuir chevelu qu’il désirait tant. L’épisode a consolidé le statut de Gingrich en tant que leader de facto du GOP à Washington. À l'approche de la mi-session en 1994, il a rallié les républicains à l'idée de transformer le jour du scrutin en référendum national. Le 27 septembre, plus de 300 candidats se sont rassemblés devant le Capitole pour signer le «Contrat avec l’Amérique», un document de la création de Gingrich décrivant 10 projets de loi que les républicains promettaient de passer s’ils prenaient le contrôle de la Chambre. «Aujourd'hui, sur ces étapes, nous proposons ce contrat comme un premier pas vers le renouvellement de la civilisation américaine», a déclaré Gingrich. Tandis que les candidats se déplaçaient à travers le pays pour faire campagne sur le contrat, Gingrich et ses collègues dirigeants républicains du Congrès tenaient fermement à leur stratégie de blocage. À l'approche du jour des élections, ils ont manœuvré pour bloquer chaque mesure législative, même ceux qui auraient normalement reçu un soutien bipartite, comme un projet de loi sur la réforme du lobbying, sur la théorie selon laquelle les électeurs accuseraient les démocrates de la paralysie. Les experts, consternés par la brutalité de la stratégie, ont prédit une réaction des électeurs - mais peu semblaient le remarquer. Même certains républicains ont été surpris par ce qui se passait avec eux. Bill Kristol, alors stratège de GOP, s’est émerveillé du succès de «l’obstructionnisme de principe» de son parti. Un sénateur en devenir, nommé Mitch McConnell, a déclaré que s’opposer à l’agenda des démocrates «donne l’impasse d’un bon nom». Clôturé en octobre, le Washington Post l'a déclaré «peut-être le pire du Congrès» depuis 50 ans. Pourtant, le plan de Gingrich a fonctionné. Au moment où les électeurs se sont rendus aux urnes, les sondages à la sortie des bureaux de vote ont révélé une frustration généralisée à l’égard du Congrès et un vif désir de changement. Les républicains ont remporté l'une des plus grandes victoires électorales de l'histoire américaine moderne. Ils ont remporté 54 sièges à la Chambre et ont saisi des assemblées législatives et des gouverneurs d’États à travers le pays; pour la première fois en 40 ans, le GOP a pris le contrôle des deux chambres du Congrès. Le soir de l'élection, les républicains entassés dans une salle de bal de la banlieue d'Atlanta en agitant des pancartes indiquant les libéraux, votre temps est écoulé! et portant le slogan de président pour les tee-shirts président. Le groupe a joué «Happy Days Are Here Again» et Gingrich - le prochain orateur de la Chambre, le nouveau roi philosophe du parti républicain - a pris la scène sous les applaudissements. La victoire à la main, Gingrich a fait de son mieux pour incarner l'homme d'État, affirmant qu'il «tiendrait la main à tous les démocrates qui souhaitent travailler avec nous» et promettait d'être «président de la Chambre, pas du parti républicain». Mais le véritable esprit de la Révolution républicaine a été mieux capturé par l’animateur de l’événement, un animateur de radio de discussion local à Atlanta, qui avait très tôt attiré son étoile sur le wagon Newt. Souriant au public, il annonça qu'un paquet contenant du Tylenol venait d'arriver à la Maison Blanche. Le président Clinton, a plaisanté Sean Hannity, était sur le point de "ressentir la douleur". Les nouveaux républicains entrés au Congrès en janvier 1995 étaient des législateurs créés à l’image de Newt: jeunes, conflictuels et déterminés à infliger un changement radical à Washington. Gingrich a encouragé ce zèle révolutionnaire, citant Thomas Paine: "Nous avons le pouvoir de recommencer le monde à nouveau" et s'efforce de convaincre ses partisans qu'ils étaient des destructeurs de politique, qu'ils viennent laisser leur empreinte sur l'histoire américaine. . Ce que Gingrich ne leur a pas dit - ou a peut-être refusé de se croire -, c’est que l’histoire est rarement faite au Congrès, sans recherche de consensus ni marchandage de chevaux. De la création d’autoroutes inter-États à l’adoption de lois sur les droits civils, les législateurs ont accompli les actes les plus importants et les plus durables du Congrès. Ils ont su manœuvrer habilement tout au long du processus législatif et travailler avec les membres des deux parties.

Posté par martinduclos à 08:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2018

Alcoolisme social

À titre d'alcoolique social ou de buveur social, vous pouvez être considéré comme un buveur à faible risque. Vous pouvez vous retrouver en défensive lorsque les amis ou les membres de la famille s'inquiètent de votre consommation d'alcool. Après tout, vous profitez d'une boisson socialement, il n'y a rien à craindre ou n'est-il pas là? Alors, qu'est-ce qu'un alcoolique social signifie exactement et quels sont les problèmes associés à cela? Malheureusement, l'alcool est encore une partie très acceptée par le sociologue des rassemblements du groupe - que ce soit des événements spéciaux tels que des anniversaires, des anniversaires, des affaires, des manifestations sportives, etc. OK, je ne vais pas nier que j'apprécie la boisson occasionnelle de vin ou deux. Mais je crois qu'il a dépassé le stade de la jouissance lorsque vous êtes devenu tellement habitué au goût et à la sensation d'alcool qu'il conduit sur les verres supplémentaires ou deux. À l'incontrôlable, Binge stage of bottles et voyons comment "tanked on peut obtenir" Pour moi personnellement, je ne vois pas de plaisir, de plaisir ou de plaisir. À court terme, il crée des vomissements, des maux de tête, des migraines et une perte de fonctions corporelles. Les souvenirs oubliés des évènements précédents, des jours où votre corps est de nouveau dans un état normal si vous restez libre d'alcool. Maintenant à long terme pour ceux qui pourraient être intéressés, cela entraînera un dysfonctionnement des reins et du foie: le cancer, la maladie d'Alzheimer et la démence. Maintenant, vous pouvez vous dire que c'est un long chemin et que le facteur de soin est donc réduit à inexistant Creusant un peu plus profond, regardons les gens dans votre vie - Qu'en est-il de vos proches qui doivent se tenir en train de regarder vous détruire votre vie et se détériorer jusqu'à ce que personne ne puisse vous aider. Alors, qu'est-ce qu'un alcoolique social? = Une personne qui consomme de l'alcool en excès habituellement. Boire de l'alcool en excès qui va nuire à votre corps et les fonctions de votre corps consomment plus de 3 à 6 boissons alcoolisées sur une période d'une semaine. Que pouvez-vous faire! Encore plus d'information sur cette activité de cours d'oenologie à Tours en allant sur le site internet de l'organisateur.

vin (17)

Posté par martinduclos à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 septembre 2018

L'indicateur de pauvreté en France

Définir un indicateur de pauvreté opérationnel est une condition essentielle pour cibler et réduire le phénomène. Il existe principalement deux manières de mesurer la pauvreté : le taux de pauvreté monétaire ou le taux de pauvreté en conditions de vie. w Le taux de pauvreté monétaire mesure la part de la population vivant sous le seuil de pauvreté, défini conventionnellement à 60 % du niveau de vie médian. Cette mesure est donc relative. Elle compare les revenus au sein de la population et ne rend pas compte des conditions de vie des ménages modestes. w À l’inverse, le taux de pauvreté en condition de vie mesure une pauvreté « absolue ». Elle correspond à l’image de la pauvreté communément admise, à savoir l’exclusion de pratiques et de consommations de base. En 2016, la privation matérielle concerne 11,0 % des individus vivant en ménages ordinaires en France métropolitaine. En 2004, celle-ci concernait 14,2 % des individus. Le taux de privation matérielle baisse de 2004 à 2007, passant de 13,7 % à 11,6 %. Il augmente ensuite de 2007 à 2009 (12,8 %). Puis, il baisse continûment en dehors de 2012. Les évolutions temporelles de l’indicateur de pauvreté en conditions de vie ne sont pas toujours aisées à interpréter. Cet indicateur est ainsi plus subjectif que la pauvreté monétaire. De surcroît, l’année 2008 a coïncidé avec une nouvelle formulation de 3 questions de privation influant probablement sur les résultats. La pauvreté en conditions de vie affecte davantage les jeunes âgés de 15 à 24 ans. Le niveau baisse progressivement en avançant en âge suggérant un effet d’accumulation des biens et d’amélioration des revenus au cours du cycle de vie. En 2015, le niveau de privation de la France est inférieur à la moyenne européenne. Cependant, cette dernière est tirée vers le haut par les forts taux de privation matérielle enregistrés dans les pays de l’Est. En restreignant la comparaison aux pays européens économiquement les plus avancés, seuls l’Italie (22,6 %), le royaume-Uni (14,1 %), l’Espagne (17,8. %) et la belgique (11,8 6 %) affichent des taux de privation supérieurs à celui de la France (11,6 % sur le champ retenu par Eurostat).

Posté par martinduclos à 13:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2018

Bienôt un avion de chasse Franco-Allemand

La France prendra la tête du développement d'un avion de combat de nouvelle génération avec l'Allemagne dans le cadre d'un accord signé mardi par les deux gouvernements, a annoncé le ministère français de la Défense. Le nouvel avion de combat est destiné à remplacer les 2040 Dassault Aviation (AVMD.PA) français et les Eurofighter allemands, fabriqués par un consortium européen. L'accord franco-allemand prévoit que les travaux sur le projet commencent avant la fin de l'année, en commençant par une phase d'étude, a indiqué le ministère. En plus d'être capable d'agir seul, le nouvel avion devrait être au centre d'un système d'armes plus large, capable de commander un escadron de drones. Dassault et Airbus (AIR.PA), un membre du consortium Eurofighter, ont signé un accord en avril pour travailler ensemble sur le nouveau projet, mais ont évité de dire lequel des deux groupes serait en charge. Le fait que la France soit désormais à la tête du projet favorise la prise en charge par Dassault puisque la plupart des activités de défense d'Airbus se déroulent en Allemagne. "Développer un futur avion de combat multirôle pour la France et l'Allemagne intégré dans un réseau de systèmes d'armes est un enjeu majeur pour l'autonomie stratégique de l'Europe", a déclaré le PDG de Dassault, Eric Trappier, dans une déclaration à Reuters. Les autres membres du consortium Eurofighter sont le groupe de défense britannique BAE Systems (BAES.L) et l'italien Leonardo (LDOF.MI). La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron ont d'abord accepté de développer conjointement le nouvel avion peu après son élection en mai 2017, enterrant les rivalités passées en faveur d'une coopération renforcée en matière de défense. La France et l'Allemagne ont également convenu mardi que l'Allemagne prendrait la tête d'un projet conjoint visant à développer un nouveau char de combat avec une première phase de programme à lancer d'ici mi-2019. L'objectif est que le char soit opérationnel en 2035. Les deux pays ont également signé des accords pour un futur système d'artillerie commun et projettent de lancer un satellite militaire franco-allemand. Retrouvez toutes les infos sur ce de vol en avion de chasse en suivant le lien.

Posté par martinduclos à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2018

Les salariés français craignent peu d’être discriminés en raison de leur handicap

Parmi les sources de discriminations potentielles que l’on craint, pour soi-même, au sein de son entreprise, le handicap apparaît à la 11e place. Seuls 7 % des salariés disent craindre de pouvoir être discriminés de ce fait au cours de leur carrière. Ce chiffre est en léger recul car il était de 9 % l’année dernière et revient ainsi au niveau où il s’établissait dans les années 2012-2013. Ces craintes sont davantage exprimées par les hommes (10 %) que par les femmes (3 %) et nettement plus par les ouvriers (21 %). Elles sont également plus élevées parmi les personnes déclarant appartenir à une minorité du fait de leur handicap. Si ces dernières ne représentent que 5 % de notre échantillon, parmi elles, 1 personne sur 6 craint d’être discriminée du fait de son handicap. Le handicap est perçu comme un sujet assez clivant : près d’un salarié sur quatre (22 %) pense qu’il serait difficile, pour une personne au handicap visible, d’être recrutée dans son entreprise et c’est même près d’un sur trois qui pense que son entreprise lui refuserait un poste en contact avec la clientèle (30 %) ou à haute responsabilité (31 %). Ce sentiment est encore plus élevé auprès des seniors (plus de 50 ans), des ouvriers et employés et des PME. De plus, la situation semble se dégrader : la proportion de salariés qui pensent qu’une personne visiblement handicapée ne pourrait être recrutée par leur entreprise a augmenté de 4 points depuis l’année dernière. Lutter contre les discriminations sur le handicap est un des thèmes les plus consensuels : en termes de priorité d’action, cette lutte apparaît en 3e position, derrière le sexe et l’âge, mais devant l’origine sociale, la couleur de peau, l’orientation sexuelle, la religion… avec 23 % des salariés qui la citent parmi les chantiers prioritaires à mettre en œuvre pour les entreprises. Ce critère suscite des réactions assez homogènes de la part des différentes catégories de salariés.

Posté par martinduclos à 15:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2018

Séjourner dans un hôtel historique

Un hôtel historique donne vie à tous les faits, les chiffres et les héritages des générations passées. Les bâtiments de ces siècles possèdent toujours l'intégrité de leur artisanat naturel, de leur décor et de leur fantaisie pour mener vos excursions d'une journée et des visites historiques dans vos quartiers tous les soirs. Marcher dans un hôtel historique, c'est comme fendre le folklore vintage ouvert. Si vous avez déjà vu un stylo svelte dessin - tout à la main et de la mémoire - que l'heure, l'endroit, et le réglage une fois étaient. Si vous avez déjà lu le dialogue d'un temps passé, tout en mêlant avec les pensées dans votre esprit; vous commencerez à comprendre ce que signifie être enveloppé dans le paysage préservé et les structures du sud-ouest américain. Un hôtel historique donne vie à tous les faits, les chiffres et les héritages des générations passées. Ces bâtiments centenaires possèdent toujours l'intégrité de leur architecture, de leur décor et de leur fantaisie originaux pour mener vos excursions d'une journée et des visites historiques dans votre chambre d'hôtel chaque nuit. Toutes ces structures sont nichées dans les paysages de grand conflit, de triomphe, de décision et de connexion à travers l'histoire américaine. Avec la permission de vous trouverez des informations et des liens vers plusieurs des hôtels historiques les plus anciens et opérationnels entourant les zones montagneuses des beaux états du Texas et du Nouveau-Mexique. Vous pouvez commencer avec l'Indian Lodge près du site de la base de Fort Davis où l'auberge historique Veranda est également à proximité. Mais, vous ne pouvez pas oublier un endroit comme le Cibolo Creek Ranch situé à Shafter, au Texas, près de la ville de Marfa. Selon le site, il continue d'offrir non seulement des vues panoramiques sur le paysage depuis un lieu de retraite de spa, mais il offre également du sport sous forme de rafting et de chasse inoubliables, ainsi que des visites et des événements historiques. Ensuite, vous pouvez trouver votre chemin à l'abondance de festivals d'art et de culture à El Paso, au Texas. Si vous avez l'occasion de découvrir la vie El Paso, vous découvrirez la riche archéologie et l'histoire de cette ville et ses environs. Ou, vous pouvez prendre une excursion d'une journée entre Santa Fe, les bâtiments historiques du Nouveau-Mexique de l'architecture préservée des boutiques au Palais des Gouverneurs. Le paysage se combine avec le patrimoine de la ville comme le Sangre de Cristo et les montagnes Rocheuses environnantes juxtaposent les souvenirs et les antiquités abondantes quand vous revenez à The Bishop's Lodge Ranch sous le ciel du sud-ouest chaque nuit. Tous ces hôtels et sites historiques sont entourés par la beauté naturelle des parcs nationaux, et des sites historiques, préservés et restaurés historiques, des maisons et des bâtiments, ainsi que plusieurs musées orientés ville et région, à visiter chaque jour de votre séjour. Ce qui rend les hôtels historiques si spéciaux dès le début, c'est ce qu'ils offrent en authenticité. Ces hôtels ont été construits en 1857, 1888 et 1912, à ce jour quelques-uns. L'histoire des États-Unis est célébrée à travers le pays dans des petites et grandes villes comme Marfa, El Paso et Fort Davis, au Texas, où des batailles ont été livrées, certaines ont été perdues et des points de repère sans remords. L'histoire distincte de toutes les influences de la région, y compris: les cultures mexicaine, amérindienne et espagnole qui touchent encore ces terres, structures et événements à ce jour. Les villes et la préservation de ses hôtels significatifs créent la ferveur unique de l'expérience locale ou touristique de se retirer dans l'histoire de cette nation. Une histoire racontée peut être une expérience spéciale pour un passionné d'histoire, mais se tenir là où les soldats, les indigènes et les familles se tenaient autrefois; d'entendre leurs histoires pendant que vous créez votre propre établit un puissant souvenir. Davantage d'information est disponible sur le site spécialiste sur les plus beaux hotels du monde. Cliquez sur le lien.

Posté par martinduclos à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2018

La position extérieure de la Belgique

En 2016, après 5 années de déficit, la balance des paiements courants est devenue légèrement excédentaire. Le déficit a progressivement diminué, passant de - 1,1 % du PIB en 2011 à - 0,1 % du PIB en 2015, avant de se muer, en 2016, en un excédent de 0,1 % du PIB. La principale composante de cette évolution positive a été le solde commercial. A contrario, si les services et le solde des revenus d’investissement ont connu une diminution progressive, mais constante, l’excédent de la balance du revenu salarial a quant à lui augmenté au fil du temps. Après sept ans de déficit, la balance des biens a retrouvé un excédent en 2015, qui est resté globalement stable en 2016. L’évolution du prix du pétrole permet d’expliquer en grande partie cette évolution. On constate néanmoins également un effet de volume marqué au cours des dernières années. Alors que les parts de marché des exportations au niveau mondial, en volume, étaient en recul constant depuis 2002 — seulement interrompu en 2003, 2007 et 2013 — des gains significatifs ont été mesurés en 2016 (essentiellement liés à la réorganisation de l’activité commerciale d’une grande entreprise). La Belgique conserve une position extérieure globale nette (PEGN) créditrice nette solide par rapport au reste du monde. La balance entre les avoirs financiers extérieurs et les engagements extérieurs est d’environ 50 % du PIB, soit l’un des pourcentages les plus élevés de l’UE. Cet excédent trouve son origine dans le secteur privé, en particulier auprès des ménages belges, dont les avoirs bruts — étrangers et intérieurs — représentent environ 240 % du PIB.

Posté par martinduclos à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]